Écrire Une défenseure des droits humains tuée

La défenseure des droits humains Juana Raymundo a disparu le 27 juillet au soir dans le département du Quiché (nord-ouest du Guatemala). Son corps a été retrouvé le lendemain. Âgée de 25 ans, elle était membre du Comité de développement paysan (CODECA). Il s’agit de la huitième personne défendant les droits humains à être tuée au Guatemala en moins de trois mois.

La défenseure des droits humains Juana Raymundo était infirmière et cheffe de file à Nebaj, dans le département du Quiché, dans le nord-ouest du Guatemala. Elle avait rejoint le groupe Jeunes du CODECA en 2013 et avait récemment été élue au sein du comité exécutif du Mouvement pour la libération des peuples (MLP). Elle encourageait d’autres femmes à rejoindre le mouvement et participait à leur formation. Elle a disparu dans la soirée du 27 juillet. Son corps a été retrouvé près d’un petit cours d’eau entre Nebaj et Acambalam, le 28 juillet, par des voisins qui ont alerté la police.

Le CODECA a appelé le gouvernement à diligenter une enquête sur les homicides dont ont été victimes des défenseurs des droits humains appartenant au CODECA et au Comité des paysans des hautes terres (CCDA). Le CODECA est une organisation de défense des droits humains basée dans le département de Suchitepéquez. Ses membres œuvrent en faveur de l’amélioration des conditions de rémunération des agriculteurs, d’une réforme agraire et de la nationalisation de l’énergie électrique dans le pays. Ils sont en permanence pris pour cible en raison de leur travail. Juana Raymundo est la huitième personne agissant pour la défense des droits humains à être tuée en moins de trois mois.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers les personnes en quête de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !