Écrire Une dirigeante indigène menacée par des hommes armés

Amada Martínez, défenseure des droits humains de la communauté indigène "Tekoha Sauce" du peuple Avá Guaraní (sud-est du Paraguay), a été menacée le 8 août par trois hommes armés dont l’uniforme portait le logo de la centrale hydroélectrique Itaipú Binational (Paraguay-Brésil), en présence de trois enfants, de sa sœur et d’un chauffeur de taxi.

Le 8 août, alors qu’ils quittaient leur communauté, la défenseure des droits humains Amada Martínez, son fils âgé de sept ans, ses neveux âgés d’un an et de huit ans, sa sœur et un chauffeur de taxi ont été suivis puis interceptés par une camionnette, dans laquelle se trouvaient cinq hommes et qui portait le logo de la centrale hydroélectrique Itaipú Binational, dans la ville de Minga Pora (département du Alto Parana, sud-est du Paraguay). Selon les informations communiquées à Amnesty International par Amada Martínez, trois hommes armés de fusils de chasse et d’un revolver sont descendus de la camionnette ; ils étaient cagoulés et vêtus d’uniformes de gardes forestiers portant le logo de la centrale hydroélectrique Itaipú Binational. L’un d’eux a pointé un fusil vers le visage d’Amada Martínez tandis qu’un autre la menaçait, disant qu’ils la trouveraient seule un jour sur la route et qu’elle était une « grande gueule ». Les hommes sont ensuite remontés dans le véhicule et sont partis.
Amada Martínez a déposé une plainte auprès de la police de Guarapuava, qui devrait faire remonter la plainte auprès du parquet et du juge de paix. Amada Martínez a dit à Amnesty International que son fils, ses neveux et sa sœur étaient terrorisés depuis qu’ils avaient assisté à cette scène.

Le 3 août, une réunion de travail a eu lieu entre des représentants de la communauté tekoha sauce et le vice-président du Paraguay. Ils ont évoqué la situation des membres de cette communauté au regard de leurs droits fondamentaux, notamment leurs droits territoriaux et les conséquences qu’a eues leur déplacement de leur territoire en raison de la construction de la centrale hydroélectrique Itaipú Binational. Le 2 août, Amada Martínez a saisi le Rapporteur spécial des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme au sujet de la situation des défenseurs des droits fondamentaux de la communauté tekoha sauce. Amada Martínez pense que les menaces dont elle a fait l’objet sont liées à ses activités de défense des droits fondamentaux des peuples indigènes.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !