Écrire Une femme condamnée a 18 mois d’emprisonnement pour s’être plainte du bruit d’une mosquée

Meliana, une femme bouddhiste d’origine chinoise, a été déclarée coupable de blasphème et condamnée à 18 mois d’emprisonnement pour s’être plainte du volume sonore du haut-parleur d’une mosquée locale. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion et demande donc sa libération immédiate et sans condition.

Meliana a été déclarée coupable de blasphème et condamnée à 18 mois d’emprisonnement par le tribunal de district de Medan, dans la province de Sumatra-Nord, le 21 août 2018. Elle avait été arrêtée et placée en détention le 30 mai, puis inculpée de blasphème au titre de l’article 156(a) du Code pénal indonésien. Meliana et ses avocats ont déposé un recours auprès de la Haute Cour de Medan le 27 août.

Meliana est accusée d’avoir « insulté l’islam », car elle s’est plainte en 2016 du volume sonore du haut-parleur d’une mosquée située près de son domicile, dans la ville de Tanjung Balai (province de Sumatra-Nord). Le matin du 22 juillet 2016, Meliana a dit à un voisin que, ces huit dernières années, le son d’une mosquée proche était devenu trop fort. Cette déclaration a plus tard été mal interprétée par de nombreuses personnes dans la ville, et elle a été accusée de s’opposer à l’appel à la prière (adzan) de la mosquée.

Ces accusations ont provoqué la colère des habitants de la ville, et des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le domicile de Meliana le 29 juillet 2016 pour demander qu’elle soit traduite en justice et poursuivie.

Meliana et ses proches se sont adressés au responsable de l’administration locale pour demander une protection, mais les autorités lui ont dit de s’excuser auprès du conseil de la mosquée et de déménager si elle était dérangée par le haut-parleur. Le responsable de l’administration locale a ensuite appelé la police, qui a conduit Meliana et sa famille à un poste de police du sous-district. La police a par la suite placé Meliana en détention pendant 22 jours avant de la libérer sans inculpation.

Depuis début 2017, des organisations musulmanes locales ont organisé plusieurs manifestations et demandé que Meliana soit poursuivie pour blasphème. En mars 2018, les forces de police de Tanjung Balai l’ont accusée de blasphème et deux mois plus tard, elle a été arrêtée et placée en détention par le bureau du procureur de Tanjung Balai. Les lois relatives au blasphème sont souvent utilisées pour museler la liberté d’expression et de religion en Indonésie, le pays avec la plus grande population musulmane au monde. Meliana est la cinquième personne en Indonésie à être déclarée coupable de blasphème en 2018.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !