Écrire Une femme emprisonnée pour un post sur...

Une femme emprisonnée pour un post sur facebook
Au Myanmar, une jeune femme de 24 ans a été condamnée à six mois de prison en raison d’un commentaire sur Facebook qui tournait l’armée en dérision. Cette femme est une prisonnière d’opinion et doit être libérée immédiatement et sans condition.

Le 28 décembre 2015, Chaw Sandi Tun, aussi connue sous le nom de Chit Tha Mee, a été condamnée à six mois de prison par le tribunal du district de Maubin, dans la région d’Ayeyarwady, dans le sud du pays. Elle a été condamnée au titre de l’article 66(d) de la Loi sur les télécommunications de 2013, qui prévoit une peine maximale de trois ans d’emprisonnement pour quiconque est responsable d’avoir « extorqué, contraint, restreint à tort, diffamé, importuné, causé une influence injustifiée ou menacé toute personne en utilisant un réseau de télécommunications ». Chaw Sandi Tun était également inculpée au titre de l’article 500 du Code pénal du Myanmar, mais cette accusation a été abandonnée par le tribunal.

Chaw Sandi Tun a été arrêtée le 12 octobre pour un post qu’elle a partagé sur Facebook, qui soulignait que la dirigeante de l’opposition Aung San Suu Kyi portait des vêtements d’une teinte similaire à ceux de l’armée, et en particulier à ceux du commandant en chef des armées, le général Min Aung Hlaing. Voici son commentaire : « Si vous l’aimez [Aung San Suu Kyi] tant, portez un morceau de son longyi [sarong] sur la tête ». Dans la société patriarcale birmane, l’idée d’un homme portant des vêtements de femmes sur la tête est considérée comme offensante. Elle a été arrêtée à Yangon, principale ville du Myanmar, et transférée à la prison de Maubin, dans la région d’Ayeyarwady, où elle demeure incarcérée.

Action terminée

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.