Écrire Une femme incarcérée avec son enfant

Zainab Al Khawaja a été arrêtée et placée en détention avec son fils âgé de 15 mois. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion.

Zainab Al Khawaja a été arrêtée à son domicile le 14 mars. La police avait fermé les accès à sa rue afin de préparer à son arrestation. Elle a été emmenée avec son fils âgé de 15 mois au poste de police d’al Hoora, à Manama, la capitale du pays, puis au ministère de l’Intérieur pour des examens médicaux, et enfin au centre de détention pour femmes situé dans la ville d’Issa, au sud-ouest de Manama, le 15 mars. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé sur son site Internet le 21 mars que Zainab Al Khawaja avait été placée en détention le 15 mars et qu’elle devait être emprisonnée durant une année pour outrage à fonctionnaire en 2013, et durant deux mois supplémentaires pour des dégradations intentionnelles commises en 2014, et deux mois de plus dans le cadre d’une autre affaire. Il a également indiqué qu’elle avait demandé avec insistance de pouvoir garder son enfant avec elle, et que cela lui avait été accordé.

La Haute cour criminelle d’appel a confirmé le 3 décembre 2015 les peines d’un an d’emprisonnement pour « outrage à agent de la force publique » et de quatre mois d’emprisonnement pour « destruction de biens publics » prononcées contre Zainab Al Khawaja.

Le 9 décembre 2014, Zainab Al Khawaja, qui est à présent âgée de 32 ans, a été condamnée à un an d’emprisonnement pour « outrage à agent de la force publique » parce qu’elle avait défendu verbalement une autre détenue qu’une gardienne avait insultée et humiliée dans le centre de détention pour femmes de la ville d’Issa. Elle a été condamnée à deux peines de deux mois d’emprisonnement pour « destruction de biens publics » parce qu’elle avait déchiré des photos du roi encadrées appartenant au ministère de l’Intérieur en mai 2012, alors qu’elle était détenue dans un poste de police à Issa.
Zainab Al Khawaja a reçu des injections les 17 et 18 mars pour soulager des spasmes musculaires dans le dos, et elle doit porter un corset pour soulager son dos. Sa famille pense que ces problèmes proviennent du fait qu’elle a dû porter son enfant pendant plusieurs heures au poste de police d’Al Hoora et au ministère de l’Intérieur. Elle avait peu avant reçu des soins médicaux pour une de ses jambes, ce qui a intensifié ses douleurs.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.