Écrire Une mère perd la garde de ses enfants en raison de la longueur des cheveux de son fils

ACTION URGENTE
Russie. Une mère perd la garde de ses enfants en raison de la longueur des cheveux de son fils
Les autorités locales du raïon de Bogradski, en Russie, ont retiré sept enfants à leur mère adoptive, car elle a laissé pousser les cheveux de l’un de ses fils de quatre ans. Les autorités ont considéré qu’en faisant cela, elle poussait l’enfant vers la « mauvaise » identité de genre ; des accusations absurdes formulées dans un contexte d’homophobie, de transphobie et de préjugés sur le genre encouragés par l’État.
Le 3 novembre, les autorités locales du raïon de Bogradski, en République Khakasse (dans l’est de la Sibérie), ont retiré à Lyoubov Litseguevitch la garde de ses sept enfants adoptifs, et les ont placés dans trois familles d’accueil différentes. Les autorités ont accusé la mère de « nuire à la personnalité des enfants dont elle a la garde car elle ne veille pas à ce que leur apparence soit correcte, à ce qu’ils respectent les règles d’hygiène et à ce qu’ils prennent soin d’eux-mêmes, et car elle n’a pas pris de mesures pour assurer leur développement émotionnel, mental et physique ». Les accusations ont été formulées après que la crèche des enfants s’est plainte auprès des autorités locales du fait que le fils adoptif de quatre ans (maintenant cinq ans) de Lyoubov Litseguevitch avait les cheveux longs. Les accusations laissaient entendre que la longueur de ses cheveux avait pour effet d’émasculer l’enfant et avait des effets néfastes pour sa santé mentale.
Lyoubov Litseguevitch a fait appel de la décision de l’administration du raïon de Bogradski de lui retirer la garde de ses sept jeunes enfants. La prochaine audience aura lieu le 22 décembre. Plusieurs des voisins de Lyoubov Litseguevitch ont témoigné au tribunal et la soutiennent. Pendant l’audience, la longueur des cheveux du garçon, décrits dans le dossier de la mère comme étant attachés en queue de cheval avec un élastique rose, a été citée à plusieurs reprises à titre de preuve contre elle.

Action terminée

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !