Écrire Hifumi Takezawa (h), né en 1937 ; Kouzou Segawa (h), né en 1947 ; Yoshio Iwamoto (h), né en 1945

ASA 22/011/2007 - Informations complémentaires sur l’AU 203/07 (ASA 22/010/2007, 8 août 2007) Les trois hommes nommés ci-dessus ont été pendus dans la matinée du 23 août. Les exécutions ont été annoncées par un porte-parole du ministère de la Justice, qui s’est refusé à nommer les hommes concernés, une attitude témoignant du secret qui entoure l’application de la peine capitale au Japon. Les familles et les avocats ne sont généralement informés qu’une fois que l’exécution a eu lieu, et les prisonniers sont souvent pendus quasiment sans préavis. Il a été médicalement établi que Hifumi Takezawa souffrait de troubles mentaux, comme l’ont déclaré les médecins de la défense et ceux de l’accusation, d’après les informations recueillies lors de son procès. Lors de la procédure en appel, son avocat avait fait valoir que Takezawa avait manifestement connu un changement radical de personnalité à la suite d’une attaque cérébrale, qui l’avait rendu paranoïaque et agressif. Le juge l’avait cependant débouté. On ignore si Takezawa a reçu des soins médicaux liés à ses troubles mentaux pendant ses neuf ans d’emprisonnement dans le quartier des condamnés à mort. Le Japon est connu pour avoir exécuté des prisonniers souffrant de troubles mentaux. Les conditions éprouvantes régnant dans les quartiers des condamnés à mort – cellule d’isolement, absence d’interactions humaines et, par-dessus tout, angoisse liée à la menace perpétuelle de l’exécution – sont souvent à l’origine du développement de troubles mentaux chez les prisonniers. Dix (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse