Écrire USA. Une femme, Kelly Gissendaner, a été exécutée en Géorgie.

Informations complémentaires sur l’AU 197/15, AMR 51/2602/2015, 6 octobre 2015

Kelly Gissendaner a été exécutée par l’État de Géorgie (États-Unis) mercredi 30 septembre. En 1998, elle avait été déclarée coupable d’avoir orchestré le meurtre de son mari, Douglas, perpétré en 1997. Son coaccusé, qui a tué Douglas Gissendaner, purge quant à lui une peine de réclusion à perpétuité.
Le 29 septembre, le Comité des grâces et des libérations conditionnelles de Géorgie a confirmé son refus d’accorder une grâce à Kelly Gissendaner, émis en février 2015. Les avocats de la détenue avaient demandé au Comité de reconsidérer cette décision. Lorsqu’il l’a confirmée, le Comité a déclaré avoir « réexaminé avec rigueur l’ensemble des informations et documents en rapport avec le cas », et a par ailleurs précisé que « la déclaration de culpabilité et la condamnation de Kelly Gissendaner ont été maintenues à l’issue de la procédure d’appel. »
Les derniers recours formés auprès de la justice, notamment en relation avec le protocole d’injection létale de la Géorgie, ont été rejetés. L’exécution a été repoussée d’environ cinq heures par rapport à l’heure prévue - 19 heures le 29 septembre - le temps que ces recours de dernière minute soient examinés. L’exécution a par conséquent eu lieu juste après minuit le 30 septembre. Kelly Gissendaner est devenue la première femme à être mise à mort en Géorgie depuis 1945.
Vingt-deux exécutions ont eu lieu aux États-Unis depuis le début de l’année, ce qui porte à 1 416 le nombre de personnes auxquelles les autorités de ce pays ont ôté la vie depuis la Cour suprême des États-Unis a adopté des lois révisées qui permettaient la reprise des exécutions depuis 1976. La Géorgie a procédé à 58 de ces exécutions, dont trois depuis le début de l’année.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes.

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Ceci est la première mise à jour de l’AU 197/15. Pour plus d’informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/amr51/2512/2015/fr/.

Nom : Kelly Renee Gissendaner
Femme

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !