Écrire Guinée Equatoriale, quatre réfugiés qui avaient été enlevés ont été exécutés

Informations complémentaires sur l’AU 44/10, AFR 24/012/2010, 24 août 2010 José Abeso Nsue, Manuel Ndong Anseme, Alipio Ndong Asumu et Jacinto Michá Obiang ont été condamnés à mort le 21 août et exécutés, apparemment dans l’heure qui a suivi le prononcé de la sentence. Leur procès avait été inéquitable. José Abeso Nsue aurait demandé à voir sa famille avant d’être exécuté. Un militaire est allé chercher sa femme et l’un de ses fils. Cependant, lorsqu’ils sont arrivés à la prison de Black Beach, à Malabo, où les quatre hommes avaient été détenus, la femme et le fils de José Abeso Nsue ont été informés qu’il n’était plus possible de le voir et qu’ils étaient arrivés trop tard. Son corps n’a pas été remis à sa famille. Les quatre hommes ont été enterrés au cimetière de Malabo le jour même, aux alentours de minuit. Les quatre réfugiés José Abeso Nsue, Manuel Ndong Anseme, Alipio Ndong Asumu et Jacinto Michá Obiang, anciens militaires, avaient été enlevés en janvier 2010 au Bénin. On les aurait torturés afin de leur arracher des « aveux ». Les autorités équato-guinéennes n’ont jamais confirmé détenir ces hommes. Leur procès s’est déroulé du 14 au 16 août devant un tribunal militaire (Consejo de Guerra) de Malabo. Le 21 août, ils ont été déclarés coupables d’« attentat contre le chef de l’État et un représentant du gouvernement, trahison et terrorisme » en tant qu’auteurs de ces actes, et condamnés à mort. Ils n’étaient pas présents au tribunal lorsque leur peine a été prononcée. Le fait qu’ils aient été exécutés si peu de temps après que la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir