Écrire Tadjikistan.Un journaliste Makhmadyousouf Ismoïl, condamné à une amende et interdit d’exercer

Informations complémentaires sur l’AU 261/10, EUR 60/011/2011, 19 octobre 2011 Le 14 octobre 2011, un tribunal de Khudjand, dans la région de Soghd (nord du Tadjikistan) a déclaré le journaliste Makhmadyousouf Ismoïlov coupable de diffamation, d’insultes et d’incitation à la haine. Celui-ci a l’intention de faire appel. Makhmadyousouf Ismoïlov, journaliste travaillant pour l’hebdomadaire Nuri Zindagi (« rayon de vie »), dont le siège se trouve à Douchanbé, a été arrêté le 23 novembre 2010 dans la région reculée de Soghd, où il assurait la promotion du journal. Selon son avocat, il a été inculpé de « diffamation criminelle » et d’« insultes par le biais des médias » mais ces accusations n’ont pas trait à un article spécifique ou à un plaignant en particulier. Le 29 novembre 2010, le rédacteur en chef de Nuri Zindagi a reçu une lettre officielle du parquet du district d’Asht lui demandant des copies de tous les articles publiés qui avaient été rédigés par Makhmadyousouf Ismoïlov. Le 14 octobre 2011, ce dernier a été déclaré coupable des charges pesant sur lui, condamné à une amende d’environ 5 000 euros et s’est vu interdire d’exercer sa profession pendant trois ans. Il a l’intention de faire appel. Les collègues de Makhmadyousouf Ismoïlov pensent que ces chefs d’inculpation sont liés à un article qu’il a écrit au sujet des autorités locales à Asht, dans lequel il critiquait les organes locaux chargés du maintien de l’ordre et l’absence de justice dans le district. Makhmadyousouf Ismoïlov était incarcéré dans un lieu de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir