Écrire Arabie Saoudite. Un irakien Muhammad bin Abd Rab al Amir bin Ali al Shammari, exécuté

Informations complémentaires sur l’AU 21/09, MDE 23/028/2011, 24 novembre 2011 Muhammad bin Abd Rab al Amir bin Ali al Shammari (connu précédemment sous le nom de Mohammad Abdul Amir), un Irakien de 36 ans, a été arrêté en 1995 et inculpé de l’homicide d’un Saoudien. Il a été exécuté dans la ville d’Arar, près de la frontière irakienne, le 23 novembre. Il a « avoué » le crime dont il était accusé après avoir été interrogé pendant trois mois, au cours desquels il aurait été torturé. Un tribunal pénal de la ville d’Arar l’a condamné à mort à l’issue d’un procès secret et expéditif. Cet homme n’a jamais été autorisé à consulter un avocat. Dans le droit saoudien, les personnes reconnues coupables de meurtre sont souvent condamnées en application du principe de qisas (« réparation »). En pareil cas, les membres de la famille de la victime peuvent exiger l’exécution, demander le paiement de la diya (compensation financière) ou accorder leur pardon à titre gracieux. Mohammad bin Abd Rab al Amir bin Ali al Shammari est resté plus de 10 ans dans le quartier des condamnés à mort parce que les enfants de la victime étaient trop jeunes pour décider s’ils voulaient lui pardonner ou le voir exécuté. Ces derniers ont, depuis, atteint la majorité et auraient informé le tribunal qui a jugé Mohammad Abdul Amir qu’ils souhaitaient son exécution. Aucune action complémentaire n’est requise de la part du réseau Action urgente. Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels. Ceci est la deuxième mise à jour de l’AU 21/09 (MDE 23/003/2009). (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir