Écrire Bahreïn. Le défenseur des droits humains Nabeel Rajab soumis à un procès inique.

Action complémentaire sur l’AU 128/12, MDE 11/059/2012, 16 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 NOVEMBRE Nabeel Rajab, défenseur des droits humains bahreïnite, a comparu en appel le 16 octobre. Au moins un témoin à décharge n’a pas été autorisé à entrer sur le territoire et des éléments de preuve présentés lors des audiences précédentes ont, semble-t-il, disparu du dossier. Le 16 octobre, Nabeel Rajab a comparu devant la cour d’appel de Manama, la capitale bahreïnite. Au moins un témoin à décharge vivant à l’étranger n’a pas été autorisé à entrer sur le territoire au motif, semble-t-il, qu’il fallait pour cela une lettre du tribunal. Lors de l’audience, les avocats de Nabeel Rajab en ont sollicité une en vain et ont estimé que le rejet de leur requête compromettait les droits de la défense. Ils ont également demandé au président de la cour d’appel d’ouvrir une enquête sur la disparition présumée de CD et d’enregistrements vidéo qui avaient été présentés comme éléments de preuve en première instance. La prochaine audience est prévue pour le 8 novembre. Nabeel Rajab se trouve toujours à la prison d’Al Jaw, où il purge une peine de trois ans. Le 16 août 2012, il a en effet été déclaré coupable de « rassemblement illégal » et de « trouble à l’ordre public » pour avoir appelé et pris part, sans autorisation, à des manifestations à Manama les 12 janvier et 31 mars et en février 2012. La première audience pour « outrage à une institution nationale » dans l’un de ses tweets doit se tenir le 17 novembre. Nabeel Rajab a été (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse