Écrire Iran. Saeed Sedeghi, un iranien, risque d’être exécuté sous peu

Informations complémentaires sur l’AU 165/12, MDE 13/066/2012, 19 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 NOVEMBRE 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Saeed Sedeghi, un commerçant qui devait être exécuté le 13 octobre pour des infractions à la législation sur les stupéfiants en Iran, s’est vu semble-t-il accorder un sursis. Cependant, on ignore si l’exécution a simplement été reportée, ou si elle a été bloquée, ce qui fait craindre que Saeed Sedeghi ne soit exécuté à tout moment. Le 10 octobre, Saeed Sedeghi a été transféré de la prison de Ghezel Hesar à Karaj, à celle d’Evin à Téhéran, où il a été placé à l’isolement. Avant son transfert, il a confié à sa famille que son exécution aurait lieu le 11 octobre, tout comme celle de 10 autres hommes. Le 11 octobre, ses proches, qui se trouvaient devant la prison d’Evin, ont été avisés par les autorités carcérales que les exécutions avaient été reportées au 13 octobre. Dans la matinée du 13 octobre, on les a informés qu’aucune exécution n’avait eu lieu. Cependant, leurs demandes répétées auprès des autorités des prisons d’Evin et de Ghezel Hesar pour savoir où se trouvait Saeed Sedeghi sont restées sans réponse. Le frère de Saeed Sedeghi, Majid Sedeghi, a été arrêté le 11 octobre ; la veille, il avait accordé des interviews au sujet de son frère à BBC Persian, le service d’information en langue persane de la BBC, et à Voice of America. Bien qu’au départ sa famille ignorait où Majid Sedeghi avait été conduit (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse