Écrire Belarus. Maintien des charges contre le journaliste Andreï Poczobout

Action complémentaire sur l’AU 181/12, EUR 49/018/2012, 24 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 5 DÉCEMBRE 2012 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les charges de « diffamation à l’égard du président » qui pesaient sur le journaliste Andreï Poczobout n’ont pas été abandonnées. Celui-ci encourt toujours une peine d’emprisonnement de plus de sept ans au Bélarus. Il est visé en raison de son travail de journaliste et parce qu’il a exercé de façon légitime son droit à la liberté d’expression. Cette semaine, la Commission d’enquête du Bélarus a décidé de poursuivre jusqu’au 21 novembre les investigations dans l’affaire d’Andreï Poczobout, qui est soupçonné d’une infraction pénale. Ce correspondant du quotidien polonais Gazeta Wyborcza, éminent défenseur de la minorité polonaise du Bélarus, a été arrêté le 21 juin à son appartement de Grodno, dans l’ouest du pays. Il a été libéré sous caution le 30 juin à certaines conditions. Il a notamment l’interdiction de quitter Grodno, où il vit avec sa famille ; il doit aussi se présenter aux enquêteurs lorsque ceux-ci souhaitent l’interroger et pointer dans un poste de police trois fois par mois. Depuis sa remise en liberté, il n’a été convoqué à aucun interrogatoire mais les conditions demeurent inchangées. Cet homme est inculpé de « diffamation à l’égard du président » en vertu de l’article 367 (2) du Code pénal du Bélarus pour avoir publié 12 articles dans des médias bélarussiens indépendants. Il y évoquait les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse