Écrire Nigeria. Deux détenus risquent d’être exécutés sous peu

AU 317/12, AFR 44/045/2012, 25 octobre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 DÉCEMBRE 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux condamnés à mort incarcérés à la prison de Benin City, dans l’État d’Edo, dans le sud-ouest du Nigeria, risquent d’être exécutés d’un moment à l’autre, le gouverneur de l’État ayant signé leurs mandats d’exécution début octobre. Pourtant, des recours sont en instance concernant le report de l’exécution. Au début du mois d’octobre, le gouverneur de l’État d’Edo a signé les mandats d’exécution délivrés contre les deux hommes (dont l’identité ne peut être révélée, leurs familles n’ayant pas encore été informées officiellement de leur exécution imminente), semble-t-il après avoir été avisé par les autorités carcérales que les condamnés à mort dans la prison de Benin City devenaient « ingérables ». D’après le procureur général et commissaire à la Justice de l’État d’Edo, Osagie Obayuwana, plusieurs condamnés à mort ont récemment pris part à une évasion à la prison d’Oko, à Benin City, ce qui a amené le gouverneur à prendre la décision de signer les deux mandats d’exécution. En mars 2010, l’ONG nigériane Projet de défense et d’assistance juridique (LEDAP), à Lagos, a introduit une requête devant les tribunaux nationaux au nom de 826 condamnés à mort – y compris les deux prisonniers dont les mandats d’exécution viennent d’être signés. La Haute cour fédérale a dans un premier temps adressé une injonction faisant droit à cette requête, mais celle-ci a par la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse