Écrire Turquie. Des grevistes de la faim privés de soins

AU : 329/12 Index : EUR 44/022/2012, Date : 9 novembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 DÉCEMBRE 2012 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des centaines de détenus font la grève de la faim dans toute la Turquie, certains depuis le 12 septembre. Amnesty International a appris par des avocats que les autorités pénitentiaires se sont opposées à ce que nombre de grévistes reçoivent des soins médicaux, augmentant ainsi le risque pour leur santé. Le 12 septembre, une soixantaine de prisonniers ont entamé une grève de la faim dans sept prisons réparties sur tout le territoire turc. Les actions ont commencé en guise de protestation contre le refus qu’opposent depuis longtemps les autorités à Abdullah Öcalan, dirigeant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et à sa demande de rencontre avec ses avocats et d’instauration de l’enseignement en kurde. Depuis septembre, le nombre de grévistes a augmenté. D’après le ministère de la Justice, à la date du 2 novembre 682 prisonniers, dans 67 prisons, avaient rejoint les grévistes. Des avocats représentant les grévistes ont indiqué à Amnesty International que les médecins des prisons refusent systématiquement d’examiner ces derniers, et même de vérifier leur tension artérielle. Dans certains cas, les grévistes se voient interdire de prendre les vitamines vitales que les avocats leur apportent. L’un d’eux, détenu dans la prison de Sincan (de type F), aurait été contraint de faire un voyage de 36 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir