Écrire Gambie. Des journalistes Baboucarr Ceesay et Abubacarr Saidykhan reçoivent des menaces

AU 332/12, AFR 27/013/2012, 16 novembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 DÉCEMBRE 2012 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le journaliste Abubacarr Saidykhan a reçu une menace de mort le 13 novembre. Cet homme et son confrère Baboucarr Ceesay avaient déjà été menacés. Ils pensent être visés parce qu’ils ont tenté de manifester pacifiquement et du fait de leur activité professionnelle. Abubacarr Saidykhan a raconté que, le 13 novembre vers minuit, alors qu’il parlait à son frère près de l’entrée de leur résidence, à Ebo Town (Gambie), un véhicule noir dépourvu de plaques d’immatriculation s’était arrêté à l’extérieur. L’un des quatre hommes qui se trouvaient à bord a crié : « On vous a dit qu’on viendrait vous chercher sans aucune information complémentaire. Nous avons appris que vous étiez un journaliste très têtu. La prochaine fois qu’on se rencontrera, l’un de nos tueurs patriotes vous martèlera la tête. Continuez à ignorer nos avertissements. » Abubacarr Saidykhan, journaliste indépendant, et Baboucarr Ceesay, premier vice-président du Syndicat de la presse de Gambie ont reçu une menace de mort par courriel le 25 octobre. Voici le continu du message : « Vous choisissez de vivre ou de mourir… vous… voulez détruire l’image du gouvernement de l’APRC et de notre président bien-aimé… Je vais venir avec mon équipe de tueurs patriotes… » Le 26 octobre, les deux journalistes ont signalé ces menaces à l’inspecteur général de la police. Ils ont déclaré (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse