Écrire Turquie. Des prisonniers cessent une grève de la faim, mais leur santé est toujours en danger

Action complémentaire sur l’AU 329/12, EUR 44/024/2012, 21 novembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 JANVIER 2013 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Quelque 700 prisonniers qui menaient une grève de la faim ont tous mis un terme à leur mouvement de protestation. Environ 60 d’entre eux ne s’alimentaient plus depuis le 12 septembre dernier. D’après la presse et les avocats des détenus, bon nombre de prisonniers ont été placés sous surveillance médicale à l’hôpital. Les prisonniers ont entamé une grève de la faim pour protester contre le fait que les autorités turques refusent depuis longtemps à Abdullah Öcalan, dirigeant du Parti des travailleurs du Kurdistan, de s’entretenir avec ses avocats et de réclamer l’instauration de l’enseignement en kurde. Ce mouvement de protestation a pris fin après la diffusion d’un message d’Abdullah Öcalan, transmis par un de ses proches ayant pu lui rendre visite en prison. Les avocats représentant les grévistes de la faim ont expliqué à Amnesty International que certains prisonniers avaient été conduits à l’hôpital pour y recevoir des soins. Si ce mouvement de protestation est maintenant terminé, la santé des détenus qui y ont participé, notamment ceux qui ont mené la grève le plus longtemps, suscite des inquiétudes. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en turc ou dans votre propre langue : rappelez aux autorités que si la grève de la faim est (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir