Écrire Soudan. Omaia Abdel Latif Hassan Omaia, disparu, pourrait être victime d’actes de torture

Action complémentaire sur l’AU 309/12, AFR 54/050/2012, 6 décembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 JANVIER 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Omaia Abdel Latif Hassan Omaia est détenu au secret depuis le 22 août 2012. On pense qu’il pourrait être victime d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements. Omaia Abdel Latif Hassan Omaia a été vu pour la dernière fois par sa famille le 22 août. Selon des témoins, deux personnes en civil, dont on pense qu’il s’agissait d’agents du service national de la sûreté et du renseignement (NSS), l’ont obligé ce jour-là à monter dans un 4x4 Toyota Land Cruiser. Le véhicule s’est ensuite éloigné. Des sources fiables ont indiqué que cet homme avait été transféré de la ville de Tajmala vers celle de Talodi, dans l’État du Kordofan du Sud, le 3 novembre. Il est encore détenu au secret sans possibilité de contacter un avocat ou sa famille. Selon les informations dont dispose Amnesty International, il aurait été hospitalisé au moins trois fois depuis son placement en détention : le 26 août, le 2 septembre et le 16 septembre. On pense qu’il a été gravement blessé et aurait notamment le bras gauche fracturé et la jambe gauche paralysée des suites d’actes de torture. Omaia Abdel Latif Hassan Omaia travaille pour le ministère des Finances dans l’État du Kordofan du Sud et l’on pense qu’il a été pris pour cible en raison de son rôle de représentant, auprès des médias, du Mouvement populaire de libération du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse