Écrire Sri Lanka. La répression contre les étudiants se poursuit

Informations complémentaires sur l’AU 347/12, ASA 37/015/2012, 11 décembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 JANVIER 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un étudiant aurait été libéré sous caution, mais beaucoup d’autres ont été arrêtés. Plusieurs sont détenus au secret, ce qui les expose à un risque accru d’être torturés. L’un des quatre étudiants arrêtés, Kaneshamurthy Sudarsan, a été libéré sous caution, selon la presse locale. P. Tharshananth, Sanmugam Solaman et K. Jenemajeyamenan sont toujours aux mains du Service d’enquête sur le terrorisme (TID). À la connaissance d’Amnesty International, ils n’ont pas comparu devant le tribunal de première instance de Vavuniya ou de Jaffna et leurs familles n’ont pas été officiellement averties de leur arrestation ni des charges retenues contre eux. Des agents du bureau du TID à Vavuniya ont refusé aux parents de Sanmugam Solaman le droit de lui rendre visite et leur ont dit que les étudiants avaient été transférés vers un centre de « rééducation » à Welikanda, ville très éloignée de Jaffna. D’après la presse locale, les policiers ont déclaré que les étudiants avaient été arrêtés parce qu’ils ont semble-t-il participé à un attentat au cocktail Molotov contre les bureaux d’une organisation politique locale, et organisé des manifestations. Cependant, des membres de la faculté et de l’Association des enseignants de l’Université des sciences de Jaffna ont affirmé dans une lettre adressée au président Mahinda (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse