Écrire Chine. Li Shanshan (???) , une pratiquante du Fa Lun Gong, risque une prolongation de sa peine

Action complémentaire sur l’AU 335/11, ASA 17/056/2012, 13 décembre 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 JANVIER 2013 Li Shanshan (???), pratiquante du Fa Lun Gong actuellement détenue dans un camp de rééducation par le travail dans le nord de la Chine, est menacée d’une prolongation de peine car elle refuse de renoncer à ses convictions. Elle risque d’être victime de torture ou d’autres mauvais traitements. Li Shanshan, qui se trouve au camp de rééducation par le travail pour femmes de Shijiazhuang, risque de voir sa peine prolongée de deux ans car elle refuse de renoncer à ses convictions. Cette femme a été interpellée le 29 octobre 2011 à Tangshan, dans la province du Hebei, alors qu’elle militait pour la libération de son mari, Zhou Xiangyang (???). Ce dernier a été incarcéré pendant six ans avant d’être libéré en 2009 pour raisons médicales, car il menait une grève de la faim depuis plusieurs mois. Il a été renvoyé en prison le 5 mars 2011 et a finalement été relâché le 1er avril dernier. Depuis janvier 2006, Li Shanshan a passé 15 mois en camp de rééducation par le travail, en punition de la campagne qu’elle a menée en faveur de son époux pendant qu’il était en détention. Le 26 juin 2011, elle a publié sur des sites étrangers une lettre ouverte intitulée « Les malheurs d’un jeune couple : sept ans d’attente, neuf ans d’emprisonnement injuste », un texte qu’elle décrit comme une histoire d’amour qui évoque les épreuves qu’un couple doit surmonter : sept ans d’attente pour se marier, ce qu’ils ont fait à la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir