Écrire Arabie saoudite. Rizana Nafeek,une sri-lankaise, risque l’exécution

Action complémentaire sur l’AU 175/07, MDE 23/002/2013, 7 janvier 2013 Ayant épuisé tous les recours, Rizana Nafeek risque d’être exécutée très prochainement en Arabie saoudite pour un crime qu’elle aurait commis alors qu’elle était mineure. Âgée de seulement 17 ans au moment des faits qui lui sont reprochés, Rizana Nafeek, une employée de maison sri-lankaise, a été arrêtée en mai 2005, accusée d’avoir tué un nourrisson dont elle s’occupait. Le 16 juin 2007, elle a été condamnée à mort par un tribunal de Dawadmi, une ville située à l’ouest de la capitale, Riyadh. Son jugement a par la suite été confirmé par la Cour de cassation et transmis pour ratification au Conseil judiciaire suprême. Cependant, cette juridiction l’a renvoyé devant le tribunal de première instance pour qu’il soit précisé. Le dossier a alors été transféré d’une juridiction à l’autre jusqu’aux alentours du 25 octobre 2010, date à laquelle la Cour suprême de Riyadh a confirmé la condamnation à mort. Le jugement a ensuite été transmis au roi pour ratification. D’après des informations parues récemment dans les médias, la famille du nourrisson décédé a refusé d’accorder son pardon à la jeune fille, et son exécution est maintenant imminente. Rizana Nafeek n’a pas pu bénéficier de l’aide d’un avocat pendant l’interrogatoire précédant son procès ni lors de son procès en première instance. Elle a « avoué » le meurtre pendant son interrogatoire, avant de se rétracter. Elle affirme que ses « aveux » lui ont été extorqués sous la contrainte, après une agression physique. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.