Écrire Chine. Risque de disparition forcée pour le militant Zhu Chengzhi

Informations complémentaires sur l’AU 191/12, ASA 17/006/2013, 11 janvier 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 FÉVRIER 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Depuis le 4 janvier, le défenseur des droits humains Zhu Chengzhi a été placé en « résidence surveillée » pour une durée de six mois, dans un lieu tenu secret. Précédemment détenu pendant plus de cinq mois à Shaoyang, en République populaire de Chine, il risque d’être victime d’une disparition forcée. Le 4 janvier, l’avocat de Zhu Chengzhi est arrivé au Parquet populaire local de Shaoyang et a été informé que le dossier de son client avait été renvoyé aux services de police de Shaoyang pour complément d’enquête. L’avocat s’est ensuite rendu au centre de détention de Shaoyang où était incarcéré Zhu Chengzhi, pour s’entendre dire qu’il n’y était plus et que le bureau de la Sécurité publique de Shaoyang avait décidé de le soumettre à une période de six mois de « résidence surveillée » (une forme d’assignation à domicile, qui ne s’effectue pas nécessairement au domicile du suspect). Le même jour, la sœur de Zhu Chengzhi a reçu un avis de la police de Shaoyang, confirmant le placement en résidence surveillée, à partir du 4 janvier. Cet avis ne précisait pas où était détenu Zhu Chengzhi. Le 5 janvier, son avocat est retourné au bureau de la Sécurité publique et les agents lui ont affirmé que son client était retenu dans un hôtel, mais que le lieu exact était tenu secret pour des raisons de sécurité nationale. Zhu (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse