Écrire Action urgente. Haïti. Quelque 684 familles expulsées de force de deux camps

AU 24/13, AMR 36/003/2013 30 janvier 2013 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 13 MARS 2013 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des centaines de familles ont été expulsées de deux camps de fortune situés à Port-au-Prince (Haïti). Aucune n’a eu le temps de rassembler ses affaires avant que les abris ne soient détruits. Le 12 janvier, trois ans jour pour jour après le séisme dévastateur qui a fait 200 000 morts et 2,3 millions de sans-abri, des agents de la municipalité et de la protection civile ont expulsé de force quelque 600 familles du camp Place Sainte-Anne, à Port-au-Prince. Les habitants n’ont été informés de cette mesure que cinq jours à l’avance et se sont vu promettre 20 000 gourdes (environ 345 euros) par famille. Selon le Groupe d’appui aux réfugiés et rapatriés, une organisation non gouvernementale, 250 familles n’ont toujours rien reçu. Le jour de l’expulsion, aucune famille n’a eu le temps de rassembler ses affaires avant la destruction des abris. Le 22 janvier, des policiers ont expulsé violemment 84 familles d’un autre camp de Port-au-Prince appelé Fanm Koperativ. Ils étaient accompagnés d’un groupe d’hommes armés de machettes et de masses et un homme a été passé à tabac. Aucun avis d’expulsion n’avait été émis et aucune ordonnance judiciaire n’a été produite, malgré la présence d’un juge de paix. Là encore, les familles n’ont pas eu le temps de récupérer leurs effets personnels avant que les tentes et autres abris ne soient (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.