Écrire Israël. Le défenseur des droits humains Hassan Karajah n’a pas accès à un avocat.

AU 27/13, MDE 15/002/2013, 5 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 MARS 2013 Le 4 février dernier, le défenseur palestinien des droits humains Hassan Karajah a vu sa période d’interrogatoire prolongée de neuf jours par un tribunal militaire israélien. De plus, il n’a pas le droit de s’entretenir avec un avocat jusqu’au 6 février, sur ordre des services de sécurité. C’est la seconde fois qu’un tribunal militaire rallonge la durée de l’interrogatoire de Hassan Karajah depuis son arrestation à Saffa, près de Ramallah, le 23 janvier 2013. Le frère de cet homme a raconté que les forces israéliennes ont fouillé la maison pendant environ trois heures tandis que plusieurs agents questionnaient Hassan Karajah à l’extérieur. Ils ont ensuite bandé les yeux de ce dernier, l’ont menotté puis emmené au centre de détention de Moscobiyya (également appelé « le camp russe ») à Jérusalem. Le 24 janvier dernier, Hassan Karajah a été conduit à la prison de Jalameh, dans le nord d’Israël, puis déféré devant un tribunal militaire qui a prolongé sa détention de 12 jours. Les services de sécurité auxquels appartiennent les agents qui l’ont interrogé ont émis un ordre lui interdisant tout accès à un avocat. Cet ordre a été renouvelé le 4 février dernier pour deux jours. Le 29 janvier, l’organisation palestinienne de défense des droits humains Addameer a fait appel de cette décision, mais son recours a été rejeté deux jours plus tard par un tribunal militaire. Le frère de Hassan Karajah a expliqué à Amnesty International que celui-ci (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir