Écrire Yémen.Muhammad Abdul Wahhab Faysal al Qassem, condamné à mort, obtient un sursis

Action complémentaire sur l’AU 23/13, MDE 31/004/13, 13 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 MARS 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. L’exécution de Muhammad Abdul Wahhab Faysal al Qassem a été suspendue en attendant un complément d’enquête portant sur son affaire, notamment sur son âge au moment des faits qui lui sont reprochés. Le 6 février, le président yéménite a sursis à l’exécution de Muhammad Abdul Wahhab Faysal al Qassem, qui devait avoir lieu le 10 février. On ignore toujours quel âge avait vraiment cet homme au moment des faits qui lui sont reprochés. Il a indiqué à Amnesty International que les tribunaux n’avaient pas tenu compte de son acte de naissance, selon lequel il avait moins de 18 ans à l’époque. La justice s’était, en revanche, appuyée sur des certificats de scolarité falsifiés et sur un examen médical réalisé en 2004 pour « prouver » qu’il avait plus de 18 ans. Muhammad Abdul Wahhab Faysal al Qassem affirme cependant que cet examen n’a jamais eu lieu. Les autorités judiciaires yéménites devraient réexaminer l’affaire et prendre de nouvelles mesures visant à vérifier l’âge de l’intéressé. Au Yémen, il est fréquent que les pouvoirs publics aient des difficultés à déterminer l’âge de mineurs délinquants présumés. Dans beaucoup de régions du pays, les familles n’obtiennent ou ne réclament pas d’actes de naissance, ce qui crée la confusion quant à la date de naissance de personnes mises en cause. En cas de doute sur l’âge d’un (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse