Écrire Inde. Exécution imminente de quatre hommes.

AU 41/13, ASA 20/007/2013, 18 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er AVRIL 2013 Quatre hommes risquent d’être exécutés très prochainement car le président indien a rejeté leurs recours en grâce. Ils ont été condamnés à mort en 2004 pour leur implication dans un attentat à la mine qui a coûté la vie à 22 personnes. Le président indien a rejeté les recours en grâce de Meesekar Madaiah (66 ans), Gnanprakasham (56 ans), Simon (46 ans) et Bilavendran (62 ans), qui risquent donc d’être exécutés très prochainement. Ces quatre hommes sont détenus à la prison d’Hindalga, à Belgaum (État du Karnataka). On ignore leurs noms de famille. Meesekar Madaiah, Gnanprakasham, Simon et Bilavendran ont été déclarés coupables d’avoir participé, en avril 1993, à un attentat à la mine qui a fait 22 morts et plusieurs blessés à Palar (État du Karnataka). Le souffle a détruit des véhicules dans lesquels se trouvaient des informateurs et des policiers qui allaient procéder à l’arrestation d’un trafiquant de bois de santal appelé Veerappan et de ses complices. Meesekar Madaiah, Gnanprakasham, Simon et Bilavendran ont été condamnés initialement à la réclusion à perpétuité par un tribunal spécial du Karnataka, créé dans le cadre de la Loi de prévention des activités terroristes et perturbatrices (Loi TADA). Ils ont été déclarés coupables d’infractions à la Loi TADA, au Code pénal indien, à la Loi indienne relative aux armes et à la Loi relative aux substances explosives. En 2004, la Cour suprême a alourdi leurs peines en appel en les condamnant (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition