Écrire Bolivie. Agression d’une manifestante Victoria López : la police ne fait rien

AU 45/13, AMR 18/001/2013, 18 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er AVRIL 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Victoria López, victime d’atteintes aux droits humains et membre d’une association regroupant des victimes de violations commises sous les régimes militaires en Bolivie, a été agressée et blessée par un homme alors qu’elle manifestait devant le ministère de la Justice, à La Paz, le 8 février. La police n’a rien fait. Victoria López se trouvait dans l’une des tentes dressées devant le ministère de la Justice depuis le mois de mars 2012, avec un membre de la Plateforme de luttes sociales contre l’impunité, pour la justice et la mémoire historique du peuple bolivien (Plataforma de luchadores sociales contra la impunidad, por la justicia y la memoria histórica del pueblo Bolilviano), lorsque trois hommes, qui paraissaient saouls, se sont approchés et se sont mis à détruire la tente et les pancartes qui se trouvaient devant, le 8 février vers 22h15. Lorsque Victoria Lopez a tenté de s’interposer, l’un des trois hommes a commencé à la frapper avec un bâton. Il a également fracassé un ordinateur et des affaires qui se trouvaient dans la tente. D’après Victoria López, cet homme lui a demandé : « Pourquoi vous êtes encore là ? Jusqu’à quand ? » (Por qué siguen acá ; hasta cuándo ?) Elle a eu le bras cassé et une blessure au crâne qui a nécessité 13 points de suture. L’agresseur a été attrapé par des manifestants sur le site du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse