Écrire Cambodge. Un journaliste, Mam Sonando (71 ans), condamné à 20 ans de prison

Action complémentaire sur l’AU 226/12, ASA 23/002/2013, 21 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 AVRIL 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 1er octobre 2012, Mam Sonando (71 ans), détracteur du gouvernement et éminent journaliste, a été condamné à 20 ans de réclusion par le tribunal municipal de Phnom Penh, la capitale cambodgienne. Il a été déclaré coupable d’infractions ayant porté atteinte à l’État, notamment d’avoir été « l’instigateur d’une insurrection ». L’audience d’appel a été fixée au 5 mars. Un représentant d’Amnesty International a assisté au procès de Mam Sonando, qui s’est tenu du 11 au 14 septembre 2012, ainsi qu’au prononcé du jugement, qui a eu lieu le 1er octobre 2012. Le procès semble s’être déroulé dans le respect total des normes d’équité mais la décision rendue est inexplicable, ce qui laisse planer l’ombre d’une ingérence politique. Aucun élément n’a permis de prouver qu’une insurrection – soulèvement violent contre le régime – avait eu lieu ni que Mam Sonando avait pris part à un tel mouvement. Treize autres prévenus, parmi lesquels des militants associatifs et des villageois, ont aussi été jugés, dont trois par contumace. Ils ont été condamnés à des peines allant de 10 mois d’emprisonnement à 30 ans de réclusion. La demande de libération sous caution formulée par Mam Sonando a été rejetée en décembre 2012 et l’audience d’appel concernant sa condamnation a été fixée au 5 mars 2013. Éminent journaliste, Mam Sonando est le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir