Écrire Qatar. La peine de Mohammed al Ajami réduite à 15 ans de prison.

Action complémentaire sur l’AU 319/12, MDE 22/004/2013, 25 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 8 AVRIL 2013 Le poète qatarien Mohammed al Ajami, détenu depuis novembre 2011, a vu sa condamnation à la réclusion à perpétuité, prononcée pour des « infractions » liées à ses poèmes, réduite à 15 ans d’emprisonnement. Cet homme semble être un prisonnier d’opinion, condamné seulement pour avoir exercé de façon pacifique son droit à la liberté d’expression. Le procès en appel du poète Mohammed al Ajami a débuté en janvier 2013. Le 25 février dernier, la cour d’appel de Doha, la capitale du pays, a ramené la peine prononcée à son encontre à 15 ans de prison. D’après les médias, le juge n’a pas expliqué la raison de cette décision lors de l’audience. Mohammed al Ajami compte déposer un recours auprès de la Cour suprême. Cet homme est maintenu en détention à l’isolement à la prison centrale de Doha. Arrêté le 16 novembre 2011 à Doha par des agents de la sûreté de l’État, Mohammed al Ajami (aussi appelé Mohammed Ibn al Dheeb) a été inculpé d’« incitation au renversement du régime » et d’« outrage à l’émir ». Ce jour-là, il s’était rendu dans les locaux de la sûreté de l’État en réponse à une convocation, et il a été arrêté sur-le-champ. Il a ensuite été détenu au secret pendant plusieurs mois avant d’être autorisé à recevoir la visite de sa famille. Selon plusieurs militants de la région du Golfe, les charges retenues contre cet homme reposent sur un poème qu’il a écrit en 2010 et dans lequel il critiquait l’émir. Cependant, ceux-ci pensent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir