Colombie. La communauté de paix de San José de Apartadó, menacée de massacre

Les membres de la communauté de paix de San José de Apartadó ont été menacés d’être massacrés, alors que les paramilitaires renforcent leur présence dans le secteur. Le 23 février, un homme a appelé un membre de la communauté de paix de San José de Apartadó, dans le département d’Antioquia, en Colombie, et l’a avisé qu’un nouveau massacre se préparait contre la communauté de paix. Il a ajouté que les dirigeants de la communauté étaient la cible et qu’ils devraient faire attention aux enfants et ne pas les laisser sortir dans la rue. Ces menaces font suite à une décision du tribunal administratif qui a statué le 8 février que l’État colombien devait présenter des excuses aux membres de la communauté de paix pour son rôle dans le massacre de février 2005, dans lequel huit personnes (dont quatre enfants) ont été tuées et leurs corps mutilés lors d’une opération menée par l’armée et les paramilitaires. Aucun officier de haut rang des forces armées n’a encore été inquiété pour ces crimes, tandis que plusieurs soldats et paramilitaires ont été reconnus coupables pour leur rôle dans le massacre de 2005. Selon des témoins, entre le 11 et le 16 février 2013, plusieurs camions ont transporté des paramilitaires depuis le département voisin du Chocó vers trois bases paramilitaires situées aux abords des hameaux de la communauté de paix : Piedras Blancas dans la municipalité de Carepa, Nueva Antioquia dans la municipalité de Turbo et une base sur la route de Zunguito. Les camions ont traversé sans être arrêtés des zones où les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse