Écrire Emirats arabes unis. Des membres d’Al Islah risquent un proces inique

Action complémentaire sur l’AU 214/12, MDE 25/002/2013, 28 février 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 AVRIL 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Plus de 70 Émiriens sont actuellement en détention, en raison, semble-t-il, de leur lien avec l’Association pour la réforme et l’orientation sociale (Al Islah), une organisation non violente. Le 4 mars prochain, une soixantaine d’entre eux seront jugés devant la Cour de sûreté de l’État. On ignore où se trouvent ces personnes, qui n’ont pas le droit de s’entretenir avec des avocats ; selon certaines informations, certaines, voire toutes, sont victimes de torture ou d’autres mauvais traitements. Le 4 mars 2013, 94 Émiriens comparaîtront en justice, dont une soixantaine de membres d’Al Islah et jusqu’à 14 parentes de détenus libérées sous caution. D’autres personnes, dont nous ignorons l’identité, seront également jugées. Parmi les 70 détenus ayant un lien avec Al Islah figurent au moins trois prisonniers d’opinion : Mohamed al Mansoori et Mohamed Abdullah al Roken – tous deux avocats spécialistes des droits humains, arrêtés respectivement les 16 et 17 juillet 2012 – et leur représentant légal Salem al Shehhi, interpellé le 18 juillet 2012 dans les bureaux du procureur de la Sûreté de l’État, où il s’était rendu pour obtenir des informations sur ses clients. Figure aussi Mohammed Salim al Zumor, étudiant âgé de 19 ans incarcéré depuis décembre dernier, qui est le plus jeune du groupe. On peut (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse