Écrire Libye. La sante du journaliste en détention, Amara Abdalla al Khatabi, se dégrade

Action complémentaire sur l’AU 49/13, MDE 19/002/2013, 11 mars 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 22 AVRIL 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amara Abdalla al Khatabi, rédacteur en chef d’un journal libyen en détention au secret depuis le 19 décembre dernier, a entamé une grève de la faim le 28 février. Son état de santé se dégrade, et le ministre de la Justice réclame sa libération sous caution. Amara Abdalla al Khatabi, 67 ans, mène une grève de la faim depuis le 28 février 2013 pour contester son arrestation et son maintien en détention à la prison de Hudba à Tripoli, la capitale libyenne. On pense qu’il a été interpellé en raison d’un article qu’il a publié et qui faisait état de la corruption supposée au sein de la magistrature. Cet homme a comparu le 11 mars dernier mais il était en si mauvaise santé qu’on a dû le porter jusqu’à l’intérieur du tribunal. Son avocat affirme qu’il a perdu connaissance pendant l’audience. Amara Abdalla al Khatabi a également décidé de ne plus parler jusqu’à sa libération. Son avocat a demandé qu’il soit libéré sous caution ou transféré vers un hôpital, mais ces deux requêtes ont été rejetées. Le procès a été repoussé jusqu’au 18 mars à sa demande, après que le juge l’a autorisé à accéder au dossier de son client et à rendre visite à ce dernier en prison dans les prochains jours. Il a expliqué à Amnesty International qu’il craignait que les autorités l’empêchent de librement consulter les documents relatifs à (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir