Écrire Fédération de Russie. Azamatjon Ermakov,un Ouzbek, risque la torture

Action complémentaire sur l’AU 330/12, EUR 46/009/2013, 13 mars 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 AVRIL 2013 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Azamatjon Ermakov est de retour en Ouzbékistan, où il risque véritablement d’être torturé et soumis à d’autres formes de mauvais traitements. Il existe des éléments circonstanciés prouvant sans équivoque qu’il a été enlevé après sa libération en Russie et contraint à monter dans un avion à destination de l’Ouzbékistan. Il se trouverait actuellement en détention provisoire à Andijan, dans l’est de l’Ouzbékistan. Dans une lettre datée de janvier 2013, le Comité d’enquête de Nijni Novgorod (centre de la Russie) a informé Amnesty International qu’Azamatjon Ermakov se trouvait en Ouzbékistan. Il a indiqué que cet homme avait franchi la frontière le 2 novembre 2012, après avoir été libéré de Nijni Novgorod, et qu’il avait embarqué à Moscou sur un vol en direction de Tachkent, la capitale ouzbèke. Aucun élément ne laisse à penser qu’Azamatjon Ermakov serait rentré volontairement en Ouzbékistan car il risquait d’y subir de graves violations des droits humains – en particulier, la détention au secret, la torture et les autres formes de mauvais traitements, et l’incarcération dans des conditions cruelles, inhumaines et dégradantes à l’issue d’un procès inique – et avait conscience de cette menace importante et bien réelle. Par ailleurs, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait ordonné aux autorités russes de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse