Écrire Zimbabwe.Refus de libération sous caution pour l’avocate Beatrice Mtetwa.

AU 20/13, AFR 46/002/2013, 20 mars 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 1er MAI 2013 Beatrice Mtetwa, éminente avocate spécialiste des droits humains, a été arrêtée à Harare le 17 mars dernier lorsqu’elle s’est rendue au domicile d’un de ses clients où la police effectuait une perquisition. Elle s’est vu refuser la possibilité d’être libérée sous caution le 20 mars ; elle est actuellement maintenue en détention, bien qu’une Haute cour ait ordonné sa remise en liberté immédiate le 18 mars. Le 17 mars 2013 dans la matinée, Beatrice Mtetwa a reçu un appel téléphonique d’un de ses clients, Thabani Mpofu, membre du cabinet du Premier ministre Morgan Tsvangirai. Lorsqu’elle est arrivée au domicile de cet homme, des policiers étaient en train de fouiller les lieux. Elle a alors demandé à voir le mandat de perquisition. Devant le refus des policiers, elle a qualifié leurs agissements d’« illégaux, inconstitutionnels et contraires à la démocratie ». Ceux-ci l’ont arrêtée, l’accusant de « faire obstruction à la justice », puis ils l’ont menottée et fait monter dans un de leurs véhicules. Celle-ci a été conduite au poste de police central de Harare avant d’être transférée vers le poste de Rhodesville, toujours à Harare. Les avocats de Beatrice Mtetwa ont saisi une Haute cour qui a rapidement ordonné la libération immédiate de cette femme, au motif que son interpellation était illégale. Néanmoins, la police a refusé d’obéir à cette décision et a maintenu Beatrice Mtetwa en garde à vue. Le 19 mars, l’avocate a comparu devant le tribunal (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir