Écrire Haïti. Des familles déplacées risquent une expulsion forcée.

AU 69/13, AMR 36/006/2013 22 mars 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 MAI 2011 Des centaines familles qui se sont retrouvées sans domicile à la suite du séisme de janvier 2010 risquent d’être expulsées de force très prochainement de leur camp de fortune de Carrefour, à Port-au-Prince. Amnesty International craint qu’elles ne se retrouvent à nouveau sans abri. Quelque 650 familles vivant dans le camp pour personnes déplacées Gaston Magwon, dans la commune de Carrefour (Port-au-Prince), sont actuellement sous la menace d’une expulsion forcée. Le 15 février déjà, des policiers et un groupe d’hommes armés de machettes et de couteaux, accompagnés d’un juge de paix local, avaient expulsé de force 150 familles du camp. Les hommes armés ont commencé à détruire les abris alors que des habitants se trouvaient à l’intérieur et s’en sont pris aux personnes qui tentaient de les en empêcher. Les policiers, quant à eux, ont tiré en l’air pour intimider les familles. Un nourrisson aurait été blessé lorsque les hommes armés et les policiers ont endommagé l’abri dans lequel il se trouvait. Ces hommes auraient menacé de brûler l’ensemble du camp et de tuer les enfants des familles qui refusaient de partir. Les habitants du camp ont déclaré qu’on ne leur avait pas montré d’avis d’expulsion, donné de préavis suffisant ni proposé de solution de relogement convenable. Certaines des 150 familles expulsées ont quitté les lieux tandis que d’autres se sont réinstallées dans une autre partie du camp. Depuis lors, des personnes ayant un lien (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse