Inde. 14 prisonniers indiens risquent d’être exécutés sous peu

Le président indien a rejeté le recours en grâce d’au moins sept personnes ; celles-ci pourraient donc être exécutées d’un moment à l’autre. Le gouvernement n’a cependant pas révélé l’identité des détenus qui risquent désormais d’être mis à mort. Le président indien s’est prononcé sur des recours en grâce en faveur de neuf personnes, voire plus. Les recours concernant au moins sept personnes ont été rejetés. Ces chiffres pourraient être en-deçà de la réalité car le gouvernement n’a pas encore confirmé tous les détails relatifs à ces décisions. Selon des déclarations des autorités carcérales relayées par les médias, le recours formé par Dharampal a été rejeté. Il a été déclaré coupable du meurtre de cinq personnes et la Cour suprême a confirmé sa condamnation à la peine de mort en 1999. Les informations publiées par les médias indiquaient qu’il serait transféré vendredi 5 avril dans une prison équipée pour procéder aux exécutions, ce qui fait craindre qu’il ne soit exécuté dans les prochains jours. Si l’on en croit les communiqués précédemment diffusés par le gouvernement, il semble que les recours déposés par Gurmeet Singh, Suresh et Ramji n’aient pas non plus été acceptés, et qu’ils risquent eux aussi d’être exécutés sous peu. Gurmeet Singh a été reconnu coupable du meurtre de 13 personnes en 1986. La Cour suprême n’a confirmé sa condamnation à la peine capitale qu’en 2005, près de 20 ans après les faits qui lui sont reprochés. Suresh et Ramji ont eux aussi été déclarés coupables de plusieurs meurtres, et la Cour suprême a (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse