Écrire Iran. Deux grèvistes de la faim sont dans un état critique (Saleh Moradi and Kasra Nouri, )

AU 88/13, MDE 13/018/2013, 12 avril 2013 Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux hommes incarcérés à la prison d’Adel Abad à Chiraz, dans le sud-ouest de l’Iran, sont dans un état critique. Ils observent une grève de la faim prolongée pour protester contre le dur traitement infligé aux derviches, dont des avocats, incarcérés à la prison d’Evin à Téhéran. Ils ont été roués de coups, ont perdu connaissance à plusieurs reprises et sont maintenus en vie par perfusion intraveineuse. Saleh Moradi et Kasra Nouri sont des derviches Gonabadi de l’ordre des Némattolahi, l’une des confréries soufies les plus importantes d’Iran. Ils ont commencé le 15 janvier une grève de la faim, décidant de n’ingérer que des liquides, pour dénoncer le transfert illégal de sept derviches, dont des avocats, placés en détention sans jugement, à l’isolement, à la prison d’Evin à Téhéran. Le 21 mars, les deux hommes ont monté d’un cran dans leur protestation, et entamé une grève de la faim « sèche », refusant également de boire. Ils auraient chacun perdu 35 kilos et seraient dans un état critique. D’après une source proche des deux hommes, le 25 mars, des membres des forces de sécurité de la prison et des représentants du ministère du Renseignement leur ont attaché les mains et les pieds et leur ont fait avaler du pain de force, dans le but de mettre un terme à leur grève de la faim. Cette scène aurait été filmée par les autorités, afin de « prouver » qu’ils avaient cessé leur action. Le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse