Écrire République du Congo. Deux enseignants libérés, les meneurs d’une grève toujours harcelés.

Action complémentaire sur l’AU 104/13, AFR 22/002/2013, 29 avril 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 10 JUIN 2013 Deux enseignants détenus à Brazzaville, au Congo, depuis une semaine à la suite d’une grève qui se poursuit ont été libérés sans inculpation. Néanmoins, les dirigeants du syndicat subissent toujours un harcèlement et des manœuvres d’intimidation de la part des autorités congolaises. Hilaire Eyima et Claude Nzingoula ont été libérés le 25 avril 2013 sans inculpation, mais seulement après avoir été forcés à lire dans les médias nationaux une déclaration appelant les autres enseignants à cesser la grève et demandant pardon pour leur rôle dans celle-ci. Cependant, les enseignants ont poursuivi leur grève et les dirigeants de la Concertation pour la revalorisation de la profession d’enseignant (CPRE), une coalition de syndicats d’enseignants, sont encore harcelés et soumis à des manœuvres d’intimidation par les autorités. Le président de la CPRE, qui se cache toujours, a été appelé le 24 avril 2013 sur son téléphone portable par un agent de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) qui l’a menacé en l’exhortant à mettre fin à la grève. Il lui a indiqué que, à moins qu’il ne quitte le pays, des agents des forces de sécurité le trouveraient ainsi que les autres membres de la CPRE qui sont entrés dans la clandestinité. DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE AUX DESTINATAIRES CI-APRÈS, en français, en anglais ou dans votre propre langue : ? dites-vous préoccupé par les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir