Écrire Tchad. Le journaliste Eric Topona arrêté, risque la torture

AU 116/13, AFR 20/004/2013, 8 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 JUIN 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le journaliste Eric Topona, secrétaire général de l’Union des journalistes tchadiens (UJT), a été arrêté le 6 mai dernier et transféré vers la prison d’Am Sinene à N’Djamena, la capitale tchadienne, où les conditions de détention mettent en danger la vie des prisonniers. Eric Topona, journaliste travaillant pour l’Office national de radiodiffusion et télévision du Tchad (ONRTV), a été interpellé dans la matinée du 6 mai 2013 lorsqu’il s’est présenté à un tribunal de N’Djamena, où un juge d’instruction l’avait convoqué. Il a par la suite été accusé de « nuire à l’ordre constitutionnel », placé en détention en vertu d’un mandat d’arrêt et conduit au centre de détention d’Am Sinene, dans la banlieue de N’Djamena. D’après son avocat, Eric Topona avait été convoqué pour témoigner dans une affaire de diffamation concernant Jean Laoukolé. Ce dernier, écrivain et travailleur humanitaire, a été transféré vers le centre de détention d’Am Sinene le 25 mars dernier après avoir été détenu au secret pendant trois jours. Il a été inculpé de diffamation, étant soupçonné d’avoir porté de « fausses accusations » contre un groupe de personnes qui ont sans doute porté plainte contre lui auprès de la police (voir AU 73/13, http://www.amnesty.org/fr/library/info/AFR20/002/2013/fr). Au cours de l’année passée, Eric Topona a fait l’objet à plusieurs reprises de manœuvres de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse