Écrire Bahrein. Le prisonnier d’opinion Naji Fateel, torturé

Action complémentaire sur l’AU 114/13, MDE 11/014/2013, 9 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 JUIN 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Naji Fateel, défenseur bahreïnite des droits humains, a subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements avant d’être transféré à la prison de Dry Dock le 5 mai 2013. Il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement en raison de ses activités en faveur des droits humains, et il doit donc être libéré immédiatement. Naji Fateel, 39 ans, a été emmené au service des enquêtes criminelles après son arrestation, le 2 mai. Selon la Société des jeunes bahreïnites pour les droits humains, dont il siège au conseil d’administration, il a subi des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements pendant son interrogatoire : il a perdu connaissance au moins deux fois et a été conduit à l’hôpital géré par le ministère de l’Intérieur. Il a, semble-t-il, reçu des décharges électriques au niveau des organes génitaux, de la jambe gauche et du dos, et il a été battu, roué de coups de pied à la jambe gauche, opérée récemment, au dos et à la tête, suspendu au plafond par un bras et menacé de viol. Il aurait également été soumis à la technique du « waterboarding » (simulacre de noyade), allégation qu’Amnesty International n’a pas pu vérifier de manière indépendante. Il a été contraint à rester debout pendant plusieurs heures d’affilée, sans pouvoir s’asseoir ni se reposer, et privé de sommeil. Déféré au parquet le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.