Écrire Bahrein. Le prisonnier d’opinion Naji Fateel, torturé

Action complémentaire sur l’AU 114/13, MDE 11/014/2013, 9 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 JUIN 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Naji Fateel, défenseur bahreïnite des droits humains, a subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements avant d’être transféré à la prison de Dry Dock le 5 mai 2013. Il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement en raison de ses activités en faveur des droits humains, et il doit donc être libéré immédiatement. Naji Fateel, 39 ans, a été emmené au service des enquêtes criminelles après son arrestation, le 2 mai. Selon la Société des jeunes bahreïnites pour les droits humains, dont il siège au conseil d’administration, il a subi des actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements pendant son interrogatoire : il a perdu connaissance au moins deux fois et a été conduit à l’hôpital géré par le ministère de l’Intérieur. Il a, semble-t-il, reçu des décharges électriques au niveau des organes génitaux, de la jambe gauche et du dos, et il a été battu, roué de coups de pied à la jambe gauche, opérée récemment, au dos et à la tête, suspendu au plafond par un bras et menacé de viol. Il aurait également été soumis à la technique du « waterboarding » (simulacre de noyade), allégation qu’Amnesty International n’a pas pu vérifier de manière indépendante. Il a été contraint à rester debout pendant plusieurs heures d’affilée, sans pouvoir s’asseoir ni se reposer, et privé de sommeil. Déféré au parquet le 3 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Libérez Nasrin Sotoudeh immédiatement

Signez notre pétition pour demander la libération immédiate et l’annulation de la condamnation de Nasrin Sotoudeh.