Écrire Nigéria. Deux prisonniers risquent d’être exécutés.

AU 137/13, AFR 44/007/2013 29 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 10 JUILLET 2013 Au moins deux prisonniers actuellement sous le coup d’une condamnation à mort et incarcérés à la prison de Benin, à Benin City (État d’Edo, Nigeria), risquent d’être exécutés par pendaison très prochainement. En effet, la haute cour fédérale de Benin City devrait bientôt statuer sur une action en justice visant à empêcher l’exécution de ces hommes. Le 7 juin 2013, la haute cour fédérale de Benin City devrait statuer sur une action en justice intentée en octobre 2012 par la Fondation pour les droits humains, le développement social et l’environnement (HURSDEF) et le Projet de défense et d’assistance juridique (LEPAD), deux organisations non gouvernementales nigérianes qui défendent les droits humains, afin d’empêcher l’exécution de sept condamnés à mort. Depuis le début de la procédure, deux de ces hommes ont été graciés et deux autres ont vu leur châtiment commué en une peine de réclusion à perpétuité. Toutefois, les trois derniers risquent toujours d’être exécutés. Selon les informations obtenues par la HURSDEF et le LEPAD, la direction de la prison a prévu de procéder à leur exécution par pendaison dès le prononcé du jugement si celui-ci s’avérait défavorable à leur encontre. En octobre 2013, le gouverneur de l’État d’Edo, Adams Oshiomhole, a signé les autorisations d’exécution de deux des sept hommes concernés après, semble-t-il, que les autorités pénitentiaires l’ont informé que les condamnés à mort incarcérés à Benin City, capitale (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse