Écrire Honduras. Des paysans en danger de mort sur fond de conflit foncier.

AU 139/13, AMR 37/003/2013, 30 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JUILLET 2013 Plusieurs membres d’une organisation paysanne du nord du Honduras ont été attaqués dans le cadre d’un conflit avec une entreprise locale qui affirme être la propriétaire de certaines terres. Trois ont été tués et deux, blessés. Les autres courent un grave danger. Le Mouvement paysan de San Manuel, Cortés (MOCSAN) est une organisation paysanne établie dans la vallée de Sula (département de Cortés, nord du Honduras). Elle défend les droits fonciers des paysans et revendique une parcelle de terre à El Coowle, près de la ville de San Manuel. Son porte-parole, Nahum Ricardo Domínguez, a déclaré qu’il se trouvait sur la place d’El Progreso le 22 mai vers 9 h 15 lorsqu’une voiture blanche sans plaques d’immatriculation a avancé dans sa direction. Il a vu trois hommes à bord. Deux sont sortis et ont croisé son regard en brandissant un pistolet. Il a alors couru se réfugier dans un centre commercial. Il avait récemment donné des conférences de presse et des interviews au sujet du conflit foncier. Le 20 mai en début de matinée, Marilú Miranda Orellana, également membre du MOCSAN, a quitté un campement situé sur la parcelle litigieuse d’El Coowle. Des témoins ont vu quatre hommes la suivre. Alors qu’elle s’approchait de sa maison, à El Progreso, ils l’ont tuée de plusieurs balles dans le dos. Le 17 mai, quelque 500 paysans appartenant au MOCSAN avaient organisé une manifestation afin de réclamer la restitution d’une parcelle de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.