Écrire Bahrein : Condamnation du militant Naji Fateel à six mois de prison

Action complémentaire sur l’AU 114/13, MDE 11/017/2013, 30 mai 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JUILLET 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le 22 mai, le défenseur bahreïnite des droits humains Naji Fateel a été condamné à six mois d’emprisonnement pour un « rassemblement illégal » qui a eu lieu en février 2012. Il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement en raison de ses activités en faveur des droits humains. Naji Fateel, 39 ans, a été condamné le 22 mai 2013 à six mois d’emprisonnement par le tribunal pénal de Manama pour « rassemblement illégal ». Le 14 février 2012, soit un an après les manifestations de grande ampleur qui ont eu lieu à Bahreïn, il a été arrêté alors qu’il avait été atteint par du gaz lacrymogène que la police avait pulvérisé pour disperser une foule défilant en direction du carrefour Al Farouq (anciennement le rond-point de la Perle), à Manama. Libéré sous caution le 17 avril 2012, il commencera à purger sa peine à la prison de Jaw (à environ 30 kilomètres au sud de Manama) à l’issue de la période de détention de 60 jours ordonnée le 9 mai par le parquet aux fins de l’enquête. L’objectif de ces investigations est d’étayer l’accusation de « création d’une organisation en vue d’encourager l’obstruction à l’application des dispositions de la Constitution ». Naji Fateel est détenu à la prison de Dry Dock depuis le 5 mai. Un membre de l’unité spéciale d’enquête du parquet lui a rendu visite le 14 mai, en présence de son (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse