Écrire Turquie. Le recours à une force excessive face aux manifestants doit cesser.

AU 144/13, EUR 44/014/2013, 3 juin 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 17 JUIN 2013 Depuis le 29 mai, plus de 2 000 personnes ont été blessées dans toute la Turquie car la police a utilisé des canons à eau et du gaz lacrymogène contre des manifestants. Les manifestations ont débuté le 27 mai au parc Gezi, à Taksim, quartier central de la plus grande ville de Turquie, Istanbul. Quelques centaines de manifestants ont occupé le parc pour protester contre sa destruction, qui doit permettre la construction d’un centre commercial. Le 29 mai en tout début de matinée, la police a commencé à les disperser en utilisant du gaz lacrymogène et en ayant recours à une force excessive. Dans la nuit du 30 mai, jusqu’à 3 000 manifestants se sont joints au mouvement. À l’aube, la police s’est servie de gaz lacrymogène et de canons à eau pour les évacuer du parc. Des dizaines de personnes ont été blessées lors de cette opération répressive. À partir du 31 mai, les manifestations se sont étendues à l’ensemble du pays et, le 2 juin, des centaines de manifestations étaient en cours dans 67 provinces. Selon l’Association médicale turque, au moins 1 500 personnes ont été blessées à Istanbul, plus de 400 à Ankara, la capitale, et 420 à Izmir, dans l’ouest du pays. La majorité des blessures seraient imputables à l’utilisation de canons à eau et de gaz lacrymogène. Amnesty International condamne l’utilisation généralisée du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser des manifestants pacifiques. Des enregistrements vidéos montrent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse