Écrire Etats Unis. La Floride fixe la date d’exécution de William Van Poyck, qui nie être le tireur

AU 148/13, AMR 51/035/2013, 5 juin 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 12 JUIN 2012 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. William Van Poyck, 58 ans, condamné à mort en 1988 pour le meurtre d’un surveillant pénitentiaire, doit être exécuté en Floride le 12 juin. Il continue d’affirmer qu’il n’a pas bénéficié d’une assistance juridique convenable pendant son procès et qu’il n’était pas le tireur. Le tireur présumé, quant à lui, est décédé en prison en 1999. Il aurait été battu à mort par des surveillants. Le 24 juin 1987, Fred Griffis, surveillant pénitentiaire en Floride, a été abattu alors qu’un autre gardien et lui conduisaient un détenu dans un cabinet médical situé à l’extérieur de la prison. Les deux hommes ayant contribué à la tentative d’évasion, William Van Poyck et Frank Valdes, ont été arrêtés à l’issue d’une traque policière, inculpés de meurtre et condamnés à mort. Lors de son procès, William Van Poyck a reconnu avoir planifié la tentative d’évasion tout en niant avoir tiré sur Fred Griffis. Il a pourtant été condamné à mort. En 1990, la Cour suprême de Floride a statué que les éléments produits n’étaient pas suffisants pour déclarer William Van Poyck coupable de meurtre avec préméditation car il n’avait pas été prouvé qu’il était le tireur. Néanmoins, elle a estimé qu’ils étaient suffisants pour le déclarer coupable d’homicide avec circonstances aggravantes, ce qui – tout en ne diminuant aucunement sa culpabilité – « devait être pris en considération afin de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse