Écrire Egypte. De nouvelles charges retardent la libération sous caution d’Ahmed Douma

Action complémentaire sur l’AU 112/13, MDE 12/026/2013, 7 juin 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 19 JUILLET 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le militant de l’opposition Ahmed Douma a été condamné à six mois de prison pour « outrage au Président ». Il est détenu à la prison de Tora Istiqbal bien que la cour ait prononcé sa libération sous caution en attendant son procès en appel, car le procureur général a ordonné que cet homme soit maintenu en détention pour être interrogé au sujet d’autres infractions. Le 3 juin 2013, Ahmed Douma a été déclaré coupable d’« outrage au Président » par le tribunal du cinquième district du Nouveau Caire, et condamné à six mois de prison. Le tribunal a jugé qu’il pouvait être relâché en attendant son procès en appel et fixé la caution à 5 000 livres égyptiennes (environ 541 euros). Ahmed Douma a ensuite été envoyé au tribunal correctionnel de Tanta, où il a achevé la procédure de libération sous caution. Cependant, cet homme est maintenu en détention. Sa femme a raconté à Amnesty International qu’elle avait appris par des sources non officielles que le 4 juin dernier, avant qu’Ahmed Douma bénéficie de la libération sous caution, le procureur général avait ordonné l’arrestation de cet homme car il le soupçonnait d’avoir participé à des affrontements qui ont eu lieu en mars 2013, près du siège des Frères musulmans, dans le quartier de Moqattam, dans le sud-est du Caire. L’intéressé nie ces allégations. Ahmed Douma a été (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !