Écrire Venezuela. L’interdiction des visites dans une prison suscite des craintes pour la sécurité des détenus

AU 159/13, AMR 53/010/2013 21 juin 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 2 AOÛT 2013 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les proches des détenus de la prison de Yare, près de Caracas, ne sont plus autorisés depuis une semaine à effectuer des visites. Ils sont inquiets pour la sécurité des détenus en raison d’informations faisant état de violences et d’homicides à l’intérieur de l’établissement. Selon certaines informations, les visites aux détenus ont été interdites après que plusieurs détenus – jusque quatre – eurent été tués lors des troubles qui ont débuté le 10 juin dans cet établissement. Les autorités n’ont fait aucune déclaration officielle au sujet de cette situation. L’arrêt des visites est également préoccupant parce que de nombreux détenus reçoivent leur nourriture de leurs proches. En août 2012, une émeute a éclaté dans la prison de Yare, gravement surpeuplée, au cours de laquelle 26 personnes ont été tuées et 43 autres blessées. La Cour interaméricaine des droits de l’homme surveille depuis 2006 la situation dans la prison de Yare et elle a ordonné des mesures provisoires. Elle a demandé à l’État d’assurer la sécurité des détenus et de confisquer toutes les armes, y compris les armes à feu. En 2011, le gouvernement vénézuélien a créé le ministère des Services pénitentiaires pour résoudre le problème de la situation dans les prisons. En 2012 le ministre a annoncé une série d’initiatives telles que la construction de nouvelles prisons et la (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir