Écrire Etats Unis. Le dernier espoir d’empêcher l’exécution de Warren Hill,repose sur la cour suprême

Action complémentaire sur l’AU 197/12, AMR 51/046/2013, 8 juillet 2013 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 15 JUILLET 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci Les autorités de Géorgie (États-Unis) ont prévu d’ôter la vie à Warren Hill le 15 juillet. Les sept experts qui ont examiné cet homme estiment maintenant qu’il présente un « retard mental », ce qui rendrait son exécution anticonstitutionnelle. Ses avocats demandent à la Cour suprême d’intervenir. En 2002, un juge de l’État de Géorgie a conclu que Warren Hill – qui a été condamné à mort en 1991 pour le meurtre de son codétenu Joseph Handspike, commis en 1990 – présentait « un fonctionnement intellectuel global bien inférieur à la moyenne » mais qu’il n’avait pas démontré, au-delà de tout doute raisonnable, qu’il souffrait de problèmes d’adaptation. En effet, la Géorgie a promulgué en 1988 une loi interdisant que la peine de mort soit prononcée à l’encontre d’une personne reconnue « au-delà de tout doute raisonnable » comme souffrant d’un « retard mental ». La loi définit ce trouble comme suit : l’accusé présente « un fonctionnement intellectuel global bien inférieur à la moyenne » engendrant une « déficience des capacités d’adaptation ». La Cour suprême fédérale a statué en 2002, dans l’affaire Atkins c. État de Virginie, que l’exécution de personnes présentant un retard mental était contraire à la Constitution américaine. Les avocats de Warren Hill ont interjeté appel à la lumière de cette décision. Cette fois, le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition