Écrire Ukraine. La militante Raïsa Radchenko, reçoit un traitement psychiatrique de force

AU 177/13, EUR 50/010/2013, 15 juillet 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 AOÛT 2013. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. En Ukraine, une militante de 70 ans est détenue contre son gré dans un hôpital psychiatrique. Il semble que les autorités cherchent ainsi à la punir pour ses activités militantes. Raïsa Radchenko est membre de plusieurs associations locales de citoyens à Zaporijia, en Ukraine, et milite activement contre la corruption locale et les violences policières, en soutenant les habitants de la région qui essayent d’exercer leurs droits. Début juin dernier, cette femme s’est rendue à Kiev, la capitale de l’Ukraine, pour remettre des pétitions au bureau du procureur général et à l’administration présidentielle au nom des résidents de Zaporijia. Elle avait déjà lancé une pétition réclamant la démission du maire de cette ville. Darina Radchenko, la fille de Raïsa Radchenko, a raconté que le 10 juillet dernier, deux policiers et un psychiatre sont arrivés chez elles et ont informé Raïsa Radchenko qu’en vertu d’une décision de justice, elle devait se soumettre à un test psychiatrique dans un établissement spécialisé, alors qu’elle n’a aucun antécédent de troubles mentaux. Celle-ci a refusé d’ouvrir la porte car les trois hommes ne lui ont présenté aucun document confirmant la décision de justice. Le 11 juillet, elle s’est rendue avec sa fille et son petit-fils de cinq ans au tribunal de district de Lenine pour obtenir plus d’informations. Darina (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse